Derniers Articles

Ecologie & développement urbain – 1

ecologie-b

POUR UNE MUTATION ÉCOLOGIQUE
EXPLIQUÉE, FACILITÉE, DONC EXEMPLAIRE

L’ECHELON LOCAL DETERMINANT POUR RELEVER LES DEFIS

  • On a raison et plaisir à voir Aix-les-Bains comme un petit paradis paysager. Mais notre ville a comme les autres ses problèmes ou ses symptômes écologiques locaux.

  • Nous devons les traiter mais nous ne pouvons pas nous arrêter là. Chacun connaît les grands défis écologiques planétaires : énergétique et climatique, sanitaire, défi de l’eau et pour une alimentation saine et suffisante, défi de la raréfaction des ressources et du recyclage etc. Ces défis mondiaux sont aussi les nôtres.

  • A ceux qui disent que nous ne pouvons rien faire (parce que l’économie dirige tout, que la concurrence exigerait de mettre l’écologie au second plan, parce que le développement des émergents effacerait nos efforts, qu’il faut attendre des lois européennes ou nationales)…

  • nous devons répondre que ces défis planétaires ne seront résolus qu’en additionnant les efforts de chaque territoire, par la multitude des initiatives locales ;

  • que l’échelon local a bien plus que dans d’autres domaines, des leviers pour changer la société, à travers son action propre et la stimulation des changements de comportements individuels.

  • Pour relever ces défis planétaires, nous pouvons, nous devons donc, sans attendre davantage, faire notre part du travail.

L’ECOLOGIE : UNE URGENCE, UN ESPOIR, UN SOCLE DU PROGRES

  • Pour nous, l’écologie n’est pas la caricature qu’on en fait encore, ni un intégrisme ni une « nouvelle religion ».

  • Elle ne consiste pas à « revenir à l’âge de pierre ou à la lampe à pétrole », à renoncer à notre confort ou à notre qualité de vie, c’est l’exact contraire. Notre santé, notre cadre de vie, notre bien-être ont tout à y gagner.

  • Notre ambition écologique n’est pas une utopie, c’est une nécessité urgente, un espoir, une manière de bâtir un avenir plus serein, une occasion de travailler ensemble et de « refaire société ».

  • L’écologie, c’est l’équilibre des sociétés humaines avec leur milieu de vie, ce devrait être un B-A-BA. Avec l’économique et le social, c’est la troisième dimension désormais évidente de ce qu’on appelle le développement, qui n’est pas synonyme de croissance infinie mais d’amélioration, pas synonyme d’avancées techniques sans contrôle mais de progrès global.

POUR UNE ECOLOGIE DE LA CONVICTION, DE L’INCITATION, DE L’INFORMATION ET DE L’EDUCATION

  • S’il était besoin de rassurer les sceptiques et de faire taire les critiques récurrentes, nous voulons affirmer les vérités suivantes :

  • nous mettrons l’accent sur l’information, l’incitation pour emporter la conviction, notre écologie ne sera pas celle de l’injonction ;

  • nous ne sommes pas là pour créer des contraintes sans proposer d’alternative préalable (par exemple dans le domaine des déplacements) ;

  • les investissements que nous aurons à faire seront vite « payants » dans tous les sens du mot. Disons-le haut et fort, à moyen terme l’écologie ne coûte rien ;

  • Mieux, l’écologie dopera l’économie et le social. Relever le défi écologique sur Aix-les-Bains c’est d’après nos calculs la possibilité de faire émerger 80 emplois et d’en consolider d’autres sur le bassin aixois. C’est garantir aux ménages un gain de pouvoir d’achat de 50 à 400 € par an, peut-être davantage, quand notre action aura été déployée.

  • C’est pour toutes ces raisons que notre effort écologie sera profond, cohérent et déterminé. Nous ne donnerons pas dans le saupoudrage, la parole ou la demi-mesure. En matière écologique, nous irons loin, loin ensemble, intelligemment loin.

L’ECOLOGIE : PAS UN THEME COMME UN AUTRE, MAIS UNE DIMENSION-CLE DE TOUTE ACTION MUNICIPALE

  • Par commodité, nous vous présentons notre projet, nos volontés, nos engagements, les mesures que nous souhaitons mettre en œuvre, classés par thèmes. Mais pour nous l’écologie est une préoccupation globale et beaucoup de nos ambitions écologiques sont liées les unes aux autres : la qualité de l’air l’est aux déplacements, les déplacements impactant à leur tout l’énergie etc.

  • Nous estimons en outre, que l’action d’une ville en matière d’écologie est indissociable de sa politique d’urbanisme, de la manière dont nous allons occuper, aménager, gérer l’espace ; celui de la commune, de l’agglomération et même les espaces ruraux voisins.

  • Mais surtout, par dessus tout, l’écologie n’est pas un « tiroir » de l’action municipale, elle doit être un réflexe permanent. Elle a vocation à irriguer, à pénétrer tous les domaines d’intervention de la Ville et de la CALB. Quand nous penserons économie, quand nous penserons écoles, quand nos penserons grands évènements, tourisme, services publics ou fonctionnement des administrations, l’écologie sera dans nos têtes, par cohérence et pour aller le plus loin possible.

VILLE ET C.A.L.B. : L’OBLIGATION DE DEVENIR DES CATALYSEURS DE L’EFFORT ECOLOGIQUE

  • Agir sur le plan écologique sera une mission partagée et synchronisée de la Ville et de la CALB :

  • car la Ville gère encore la voirie, son plan d’urbanisme, les règle de constructions, ses espaces verts, gère les bâtiments des écoles, délègue le service de l’eau potable ;

  • parce que la CALB a compétence sur les transports collectifs, les déchets, les plages et les ports, les rivières, la station d’épuration ;

  • parce que les budgets d’intervention de l’une et de l’autre sont équivalents, voire supérieures pour la CALB, dont le cœur et la moitié des habitants se trouvent à Aix même.

  • Nous ne disons pas que rien n’a été fait depuis 2001. Nous le disons d’autant moins que le peu qui a été fait l’a souvent été après que nous le réclamions ou que nous en fournissions l’idée !! Je pense au gel de l’urbanisation à Corsuet, à la préservation de la baie de Mémars, aux économies d’eau dans le fonctionnement des fontaines publiques ou l’arrosage des espaces verts, à la réduction des traitements chimiques sur ces mêmes espaces verts, au projet de chaufferie bois, au principe de la rénovation urbaine, aux subventions à l’énergie solaire, à l’autopartage

  • Mais jusqu’ici nous n’avons pas eu « une ville d’avance ». Nous n’avons même cessé de prendre du retard. L’écologie a été prétexte au pires erreurs (port du Tillet) et ce qui aurait dû être le guide, le tableau de bord de notre action écologique, ce qu’on appelle un Agenda 21, a été fait à Aix sans indicateurs chiffrés et sans objectifs, ce qui montre le degré d’ambition de ceux qui l’ont rédigé…

  • Pour relever efficacement les défis écologiques qui se présentent à nous, la collectivité est absolument nécessaire et centrale. Nous voulons :

  • une collectivité explicative, qui sensibilise et qui forme ;

  • une collectivité qui catalyse et accélère, en soutenant, en s’impliquant ;

  • une collectivité qui expérimente, qui innove, faire vite et bien sans coût majeur

  • D’ici au 23 et au 30 mars, tout le monde ou presque parlera d’écologie. Attention aux faux-semblants !

  • Pour distinguer les sincères des opportunistes, il n’y a qu’à observer leur bilan, les propositions, et questionner tout le monde en profondeur. Quand on distribue de menues subventions aux particuliers pour l’énergie renouvelable mais qu’on équipe aucun bâtiment public dont on a la charge, on est sincère ?

  • Pour réussir sur ces questions :

  • il faut des convictions de toujours, pas un discours de façade ;

  • il faut des compétences ;

  • il faut une volonté, une créativité, un courage.

  • Il n’y a pas d’écologie dans le projet du FN, car même en tordant la réalité dans tous les sens on n’a pas encore trouvé de responsabilité aux immigrés dans les dégâts faits sur les milieux naturels…

  • Il n’y a pas de sincérité dans l’écologie de Dord, faite d’opportunisme ponctuel et d’actions minimalistes…

  • Il n’y a pas de volonté écologique suffisante dans un PS tout seul.

  • Notre EQUIPE est la seule à disposer de tout cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*



post date*

日本語が含まれない投稿は無視されますのでご注意ください。(スパム対策)