Derniers Articles

« Réponse à la réponse » de D. Dord

« Réponse à la réponse » de D. Dord sur la présentation de son bilan financier le 18/02/2014 par Fabrice MAUCCI

Télécharger le document pdf de la réponse

Qui dit la vérité ? Qui insulte l’autre ?
L’affaire est sérieuse, ce n’est pas une cour de récré…

Lisez bien l’article de presse ci-dessous. Un homme estime que dans le même journal il y a 3 jours je l’injuriais, simplement parce que je présentais ma vision, bien étayée, de ce qu’était son bilan financier à la tête d’Aix-les-Bains depuis 13 ans.

Et pour protester contre ce qui est une offensive politique, il se pose en victime et fait comme s’il y voyait des « attaques personnelles ». Mais lisez bien ce texte, écrit
par lui. Avant d’en venir au fond (ce que je vais faire), regardez bien les mots employés par lui à mon endroit. Comparez s’il le faut à ce qui a été écrit il y a 3 jours. Et dites-moi qui est l’auteur d’attaques personnelles virulentes, lui ou moi.
Je suis visiblement « n’importe qui », « tout à [ma] hargne », « suffisant » et n’ai que « le souci de faire parler de [moi] ». Quatre lignes plus tard, je deviens un menteur. Vers la fin du texte je me révèle « inconséquent » avant d’être injurieux et « d’une agressivité insupportable »… Zut, mais qui est agressif ?

Monsieur Dord perd-t-il les pédales, ou en bon communicant, joue-t-il la répétition des critiques « de caractère » à mon encontre comme pour mieux les incruster dans les esprits ?
Le plus important : qui dit la vérité ? Revenons-y point par point, vos points à vous Monsieur Dord.

1. Les « reports » de dette concernent un programme d’action qui est celui de la majorité du moment. La dette de mars 2001 ne peut donc pas inclure les reports de l’époque Grosjean puisqu’à cette date D. Dord a remplacé les projets de Grosjean par les siens ! La dette de mars 2001 était donc de 44,6M€ et D. Dord l’a même mentionné à plusieurs reprises dans ses publications municipales. En revanche, en mars 2014 si D. Dord voulait déjà accomplir ce qu’il a prévu pour le mandat 2008-2014 et pas encore réalisé – ce qui est probable s’il est réélu – il faudrait ajouter les actuels reports de dette. Il affirme qu’ils sont d’un million d’euros seulement, mais comment peut-on le savoir puisque le « résultat comptable » (le « compte administratif ») de 2013 n’est pas paru? On ne peut que se fier aux années antérieures, et ils étaient de 4,18M€ en 2012, produisant une dette communale de 42,6 M€. Nos chiffres sont pertinents.

Faut-il une preuve ? Dans le texte du Débat d’Orientations Budgétaires et p13 du rapport de présentation du Budget 2014, on entrevoit que la dette va remonter vers 46 M€ en 2014 si D. Dord réalise ses reports, et ce à travers une phrase très claire affirmant que la ville est sur le point « de tenir ses engagements de maintenir la dette à 46 M€ n 2014″… 46 donc, pas 39.

 

 

2. D. Dord dit que l’emprunt du Centre des Congrès aurait été supporté par la Ville tout du long, et non par l’Office de Tourisme (OT). En réalité la Ville « payait » bien la rénovation mais à travers une subvention à l’OT, ce qui lui a permis d’exclure une des tranches de travaux du Centre des Congrès de la dette de la Ville, ce que nous affirmions jeudi dernier. Cette réincorporation en 2014 va bien se rajouter à l’encours annoncé jusque là comme en témoigne le dernier document. Les preuves sont p22 du Débat d’Orientations Budgétaires 2014, dans une délibération du 17.12.2012 et dans le Budget primitif 2014.

 

3. Nous expliquions jeudi à la presse que pour comparer la dette de 2001 et celle de 2014 il fallait incorporer la dette liée aux travaux de la piscine, aujourd’hui mission CALB, et non plus mission Ville comme en 2001. Dans le Dauphiné d’aujourd’hui, Dominique Dord décide de répondre à côté du sujet pour l’éviter comme il faut ! Il explique que depuis le début de la gestion intercommunale du Centre Nautique, une mission de plus pour elle, la CALB rend une moindre somme d’argent aux communes puisque son excédent fiscal est moindre : quelle découverte ! Mais était-ce la question? Notre constat est que le Centre Nautique fait peser aujourd’hui sur la CALB 5,7 M€ de dette qui il y a 13 ans, auraient été imputées à la seule ville d’Aix, élément déterminant pour faire une comparaison. Et là-dessus évidemment, pas de réponse du maire sortant.

 

4. Pour D. Dord le patrimoine de la ville s’est enrichi des 100 millions d’euros investis depuis 13 ans. Voilà une réponse sidérante… Savez-vous comment il parvient à ce résultat? En considérant que la « valeur » de tous les travaux effectués sans exception – nos écoles que nous remettons juste aux normes, des routes dont on refait le bitume, des panneaux de signalisation nouveaux, des tuyaux d’eau potable que l’on remplace – c’est une hausse de patrimoine ! Mais une école, une canalisation, une route, ont juste une valeur d’usage, on ne les vendra jamais !!! Le patrimoine communal s’est appauvri car D. Dord a vendu énormément de terrains et de bâtiments communaux sans en racheter autant, et surtout en vendant très au-dessous de la valeur du marché dans un certain nombre de cas emblématiques (voir 7.).

Plus généralement, si on la transposait à la vie d’un ménage, la logique de D. Dord reviendrait à dire que lorsqu’on vend sa maison au quart de sa valeur pour remplacer sa voiture, s’acheter à manger pendant un an et se payer de nouvelles chaussures, on augmente presque son patrimoine. A vous de juger.

 

5. Désormais incapable de nier le fait que les impôts aient augmenté de 27% en 13 ans alors qu’il a clamé le contraire chaque année depuis 2001, le maire se défend maintenant en expliquant qu’une commune ne maîtrise que les taux d’impôts, pas les bases auxquelles ils s’appliquent… Mais le député qui vote la hausse de ces mêmes bases fiscales sait bien que pour obtenir une stabilité des impôts de ses concitoyens, il faut parallèlement baisser les taux dans la même proportions ! Cette réponse revient à prendre les Aixois-es pour des imbéciles.

 

6. Selon D. Dord, nous serions en pleine contradiction en reprochant l’état du réseau d’eau potable et la création d’une surtaxe pour financer sa réfection. Mais non ! Si le service de l’eau n’était pas délégué à la SAUR, la surtaxe existerait mais la marge bénéficiaire de l’exploitant serait soit inexistante (et donc rendue à l’usager) soit consacrée aux travaux qui iraient plus vite ! La contradiction, c’est celle de D. Dord qui a autorisé la SAUR, contre la jurisprudence, à gérer notre eau jusqu’en 2018 alors que le contrat devait être écourté en 2015, alors même que la SAUR nous promets des travaux à un rythme qu’elle sait ne pas pouvoir tenir.

 

7. Le plus gros morceau de bravoure du maire sortant est ce septième point, sur les transactions et locations scandaleuses qu’il a organisées depuis 2001. Sa seule réponse est que je l’injurie par des insinuations sans preuve. Ah bon? C’est curieux, notre document fournissant chiffres et calculs pour chaque opération, chacun peut les contester sur le fond, mais apparemment cela semble compliqué pour le – malheureusement toujours – maire d’Aix.

 

Rajoutons que D. Dord ne répond rien sur les dépenses inutiles et le coût des privatisations, qui apparaît néanmoins au grand jour dans le Budget 2014 (p78-1 pour le PPP éclairage public).

 

 

Alors, avons-nous été agressifs? Inconséquents? Hargneux? Non. Nous avons été précis, démonstratifs, complets, et nous constatons avec ce « droit de réponse » – qui, s’il est utilisé dans tous les journaux à chaque critique sur le fond, lui permettra surtout d’augmenter sa présence médiatique – qu’il n’est pas facile pour le député-maire d’être à la hauteur de nos arguments.

www.unisetcitoyens-aixlesbains.fr

www.facebook.com/unisetcitoyenspouraixlesbains

Tel : 06.31.12.16.79

Mél : unisetcitoyenspouraixlesbains@gmail.com

reponse-dord-municipales-aixmaucci attaque dord

 

NOS PROPOSITIONS :

finances1

1. TRANSPARENCE
- UNE PRÉSENTATION DU BUDGET ET DES COMPTES PLUS CLAIRE ET PLUS FINE
- CHAQUE EURO DÉPENSÉ JUSTIFIÉ
- DES ENGAGEMENTS RESPÉCTÉS, COMME LA QUALITÉ ET LA GRATUITÉ
DES ACTIVITÉS LIÉES À LA RÉFORME DES RYTHMES SCOLAIRES

2. EFFICIENCE
- INVESTIR 8-10 MILLIONS D’EUROS PAR AN DONT 3 POUR DES PROJETS STRUCTURANTS AFIN DE RATTRAPER LE RETARD
- CÉDER NOS ACTIONS DE LA SOCIÉTÉ DU GRAND CERCLE POUR RESPECTER LA LOI ET DONNER DE L’AIR AU BUDGET
- DE LA JUSTICE FISCALE ET TARIFAIRE À LA PLACE DES FRAIS DE CABINET DU MAIRE, POUR PRÉSERVER / REDONNER DU POUVOIR D’ACHAT EN TEMPS DE CRISE

3. PRUDENCE
- STABILISER LA DETTE « COURANTE »
- STABILISER LA PRESSION FISCALE, POUR GARDER DES LEVIERS SANS TOUCHER AU PORTE-MONNAIE
- FIXER UN CAP, S’Y TENIR, MAIS ALLER « AU RYTHME DE NOS MOYENS »
- UN REFERENDUM POUR ARBITRER TOUTE CONTRAINTE BUDGÉTAIRE NOUVELLE

finances2

1 Commentaire le « Réponse à la réponse » de D. Dord

  1. Dord n’aime pas la transparence. Il se suffit à lui même. Bouton d’Or dehors!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*



post date*

日本語が含まれない投稿は無視されますのでご注意ください。(スパム対策)